L’année 2016 aura été pour le Mali une année bien riche en évènements technologiques. Ils sont nombreux ces jeunes (hommes et femmes) qui ont choisis de briser les barrières de la classe politique et de la société pour mettre en marche le train du réveille technologique que nous pouvons observer dans la sous-région d’Abidjan à Alger en passant par Dakar, la jeunesse africaine est en pleine ébullition pour adresser une réponse proportionnelle aux défis du continent.
Les jeunes maliens en 2016 ont fait bouger les lignes et comptent bien rattraper leur retard et atteindre le sommet. Voici donc ces jeunes personnalités qui à tous les niveaux dessinent la communauté TIC à la malienne qu’il convient d’appeler MaliTech.

mtech-1Tidiane Ball
Son nom est toujours associé à Malisanté son tout premier projet dans le domaine des TIC. Ce médecin de formation est un féru de technologie. C’est l’un des rares médecins maliens qui n’a pas de clinique, qui ne fait aucune consultation ou ne délivre aucune ordonnance comme on pourrait bien l’imaginé. Tidiane Ball est lauréat en 2015 du prix Fire Africa avec justement son projet Malisanté. Déjà en 2009 il a eu l’audace de démarrer ce projet qui lui a valu bien des reconnaissances nationales qu’internationales. Ce n’est pas tout, il crée ensuite DoniLab qui est au départ un tiers-lieu ou espace de travail collaboratif, premier du genre, qui après devient un incubateur de startups et comme cela ne suffisait pas Tidiane Ball sort de nul part avec Innov’action Bamako qui est son tout premier évènement TIC qui meuble cette fin d’année. Avec le soutien de l’ambassade des USA au Mali, USA ou il eût été dans le cadre du programme YALI 2016, il réussi le pari de réunir plus de 300 jeunes maliens autour des technologies pendant 3 jours. Innov’action bamako est à ce jour l’évènement qui aura enregistré le taux de participation le plus extraordinaire de cette fin d’année.

mtech-2Mohamed Kéita
Incontournable dans le domaine de l’entrepreneuriat, Mohamed Kéita est lui-même un entrepreneur en série car fondateur de plusieurs entreprises. Si vous le rencontrez en pleine activité dans une entreprise, ne cherchez pas. Il en est le fondateur ou co-fondateur dans la majorité des cas. Spécialiste des questions de finance, il est passionné de technologie et s’y connais très bien quoiqu’il n’a rien d’un développeur ou encore d’un community manager ou autres mais il accompagne et conseil des spécialistes du domaine tout comme des étudiants ou de jeunes chômeurs à travers Impact Hub Bamako qui est un des incubateurs très actif au Mali. Mohamed Kéita en est l’un des co-fondateurs (qu’est-ce que je disais…) et Impact Hub Bamako est très sollicité par les plus grosses organisations internationales notamment des agences des Nations Unis pour des projets dans le domaine de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes. Mohamed Kéita est l’homme derrière le Startup Week-end au Mali. Déjà 3 éditions après la toute dernière en novembre 2016. Mohamed Kéita donne ici l’opportunité aux jeunes maliens de divers horizon et de spécialités différentes de se retrouver autour des technologies et pendant un week-end les jeunes se découvrent, forment des groupes, montent des projets, collaborent et créent ensemble une entreprise avec à la clé un produit qui devra résoudre un problème social.

mtech-3Aminata Bocoum
La créativité faite femme. C’est la madame évènementiel au Mali. Donnez lui n’importe quel évènement et elle en fait un évènement historique. Aminata Bocoum a une ligne éditoriale toute simple: promouvoir ce que le Mali a de meilleurs et cela passe par la culture (Festival du Bazin, Festival du dibi ou dibimania), l’immobilier (le salon de l’habitat et du design), la technologie et bien d’autres. La technologie, ce n’est pas son domaine comme elle a coutume de dire mais c’est une branchée technologie et très présente dans la sphère Tech malienne.
Aminata Bocoum est la directrice pays (Mali) de Havas Média, l’une des plus grandes agences de communication au monde. C’est aussi et avant tout une femme entrepreneur qui compte au Mali avec son label Influyence spécialisé justement dans l’événementiel. Pour terminer l’année 2016, Aminata met sur pied l’association Entrepren’elle qui valorise des initiatives entrepreneuriales principalement portées par des femmes. Aminata Bocoum fait déjà un pas en avant pour 2017 avec la deuxième édition du festival de dibi, les grillades en bambara, du 13 au 15 janvier 2017 au palais de la culture.

mtech-12Seydou Sy
Il prend les commandes de Jokkolabs Bamako ou il organise régulièrement des rencontres, ateliers, et bien d’autres activités ou de jeunes maliens se rencontrent pour apprendre ou découvrir les opportunités entrepreneuriales qui s’offrent à eux. Titulaire d’une Maîtrise en informatique appliquée à la gestion d’entreprise, Seydou SY se définit lui-même comme  un serial entrepreneur. Il est le promoteur de l’Ecole Supérieure de Commerce et de Technologie (qui abrite Jokkolabs Bamako), créée en 2006 (ex CERCO MALI) et est associé à quelques entreprises dont Mobi6, conceptrice de la plateforme Job Connect.
Acteur principal du Global Entrepreneur Week, Seydou Sy a organisé la seconde édition du GEW en associant tous les acteurs notamment les incubateurs, les tiers-lieux. Grâce à son partenariat avec Simplon, réseau de « fabriques » (écoles) qui propose des formations gratuites pour devenir développeur de sites web et d’applications mobiles, intégrateur, référent numérique, datartisant, e-commerçant… et bien d’autres métiers numériques, Seydou Sy ouvre la voie à une année 2017 très opportune pour les jeunes maliens qui pourrons apprendre de la FrenchTech.

mtech-5Fatou Sidibé
La fondatrice de E-market Africa, plateforme web qui permet aux maliens de la diaspora de payer et faire livrer les denrées alimentaires de leur famille au Mali, est très active dans la Malitech bien qu’étant résidente en Ile de France. Pendant cette année 2016 elle a réunie plus d’une vingtaine de jeunes entrepreneurs maliens résidents et de la diaspora afin de faire du réseautage et surtout mettre en place une plateforme propice au développement de l’entrepreneuriat des jeunes par les jeunes au Mali. Un groupe facebook a vu le jour au sorti de cette rencontre afin d’œuvrer ensemble pour le développement du Mali par l’entrepreneuriat des jeunes.

mtech-6Abdourahmane Maïga
Plus connu sous le nom de Pépé, est le monsieur GDG Bamako ou devrais-je dire mister Google au Mali. Au cour de ces deux dernières années, Pépé à travers le GDG a maintenu la flamme du développement d’applications mobiles dans le cœur de la jeunesse malienne. Il a même ouvert la voie pour l’installation de la communauté WTM (Women TechMakers) qui compte plusieurs jeunes femmes maliennes actives aujourd’hui. En 2016 il a organisé la 3e édition pour la troisième année consécutive du DevFest qui est une conférence technique autour du Web, du Mobile et du métier de développeur.

mtech-7Fatim Diarra
Lead de la communauté Women TechMakers, Fatim est l’une des rares femmes développeurs au Mali. Passionnée de design, Fatim très active dans la communauté Tech malienne, sans faire exprès est la personne qu’il faut contacter quand on veut parler de TIC et femme au Mali. Sa communauté a été de la plupart des évènements TIC au Mali dont le dernier en date, Innov’action Bamako en décembre 2016, ou elle a animé un atelier qui a enregistré plus d’une quarantaine de participants sur le rôle de la femme dans les TIC au Mali sur deux jours. Pour 2017, Fatim Diarra travaille activement sur des projets d’applications web et mobile d’envergure et surtout se prépare à aller à la rencontre des jeunes filles maliennes pour rallier le plus de femmes à sa communauté et bouger les lignes du genres dans les TIC au Mali.

mtech-9OSM Mali
C’est la communauté qui s’occupe de cartographier le Mali via Open Street Map. Cette communauté composée de jeunes hommes et femmes très actifs est l’une des communauté qui a bouger tous les mois de l’année 2016 au Mali à travers différentes activités autour de la cartographie. Entre formations et séances de cartographie en passant par des rencontres nationales et internationales parfois avec d’autres communautés, OSM Mali n’a pas eu de repos pendant 2016 et ne compte pas prendre de vacances en 2017.

mtech-10Fatouma Harber
Une activiste de gros calibre, elle fait parler une ville historique du Mali, Tombouctou, pas étonnant que son profil le soit aussi. En effet, Fatouma Harber est enseignante à la base, psychologue de formation. Elle fait l’expérience du blogging et en devient accro. Elle écrit sur Mondoblog et Global Voices. L’appétit venant en mangeant, Fatouma Harber se trouve être la secrétaire générale et membre fondateur de la communauté des blogueurs du Mali (CBM) ensuite Fellow de la BAD, de la Mandela Institute of Developpement studies et de Oasis initiative pour le programme leadership au sahel.
Sa passion pour les TIC l’a emmené à former d’autres femmes en informatique, leadership et autres mais surtout elle réussit avec Pacha Abdoul un autre activiste comme elle, à mettre en place SankoréLabs un Tiers-lieu en plein Tombouctou qui a beaucoup contribuer à rapprocher les TIC des jeunes de cette localité en 2016 malgré le fait que l’internet demeure encore un luxe à un niveau plus élevé qu’à Bamako. Avec SankoréLabs, elle forme, informe et met en forme la jeunesse malienne pour atteindre les sommets quelques soient les difficultés.

mtech-11Aboul Hassane Cisse
Plus connu sous le pseudonyme de Pacha Abdoul, il quitte Bamako et part s’installer à Tombouctou ou plusieurs défis l’attendent. Il est informaticien de formation, blogueur et développeur. Membre de la communauté des Blogueurs du Mali, il se joint à Fatouma Harber pour renforcer davantage le souffle des TIC à Tombouctou à travers SankoréLabs. Des plus petit aux plus grands, Pacha Abdoul n’épargne personne dans son programme de formation et d’information à SankoréLabs d’ailleurs il vient de lancer SankoréLabs Junior pour les plus jeunes et SankoréTV. En 2016, il a été le relai de plusieurs évènements TIC au Mali sur les réseaux sociaux ou il est très actif.

mtech-8Maurice Coulibaly
Ce business developper de grand chemin a fait son entré dans cette communauté Tech malienne et a explosé en 2016 avec ses séances de formation et de coaching très tenantes. Il rejoint Donilab avec son label MO3C pour susciter davantage l’entrepreneuriat chez les jeunes qui est une de ces qualités en plus il accompagne cela d’outils nécessaires aux jeunes à travers des formations à la chaine pratiquement tous les week-ends. Pendant 2016 il a appris à une centaines de jeunes maliens à créer un business plan, expliquer ce que c’est qu’un modèle économique, montrer les rouages du célèbre logiciel de bureautique Microsoft office et bien plus. Je ne sais pas encore ce qu’il prépare pour 2017 mais je ne lâche pas mes jumelles.

Plusieurs autres initiatives ont vu le jour en 2016 conduites soit par des associations, des individus ou encore des entreprises comme NG System qui a organisé le dernier évènement de l’année dénommé hackathon Mali qui est en fait un marathon sur plusieurs jours ou des hackers au sens large (développeurs, artistes, entrepreneurs, business) se réunissent pour imaginer des solutions informatiques autour d’un thème donné.

Le décor est donc planté pour 2017. Le Mali amorce une nouvelle génération avec l’ère des TIC. Les pouvoirs publics seront obliger de prendre place à bord de la locomotive d’une façon ou d’une autre.
Ne dit-on pas qu’on ne peut pas changer le monde si on ne change pas soi-même? Les jeunes au Mali sont en train de changer le Mali en s’impliquant eux-mêmes pour répondre au chômage grimpant dans le pays.

Publicités